PATIO DES HALLES

CAMILLE DASSELEER 

MAXIME DEBLANDER

Au cœur des halles, un jardin suspendu. Au-dessus des rails, un patio inattendu. Parmi les joncs, parmi les roseaux, entre les ondes, parmi les eaux : les carpes conversent. Par la vitre de son bureau, un employé distrait surprend leurs mots : « regarde-les dans leurs aquariums !, mais qu’ont-ils donc depuis ce matin ?  Ils ont l’air triste, il fait si beau: carpe diem, pourquoi se tracasser devant des papiers épars quand on peut se baigner entre les nénufars ? ». Un battement d’ailes, les poissons fuient ; sous les yeux amusés de l’employé, le héron prend son déjeuner.